Article Ouest-France du 20 mai 2020

Article Ouest-France
Publié le 20/05/2020

Nathalie Noël Chatain, Valérie Lucas, Marine Jozan, Françoise Ollivier et Joselyne Le Lan ont participé à la gestion de la commune de Saint-Pierre-Quiberon (Morbihan) pendant six ans. Ces cinq élues viennent de faire savoir qu’elles démissionnent.

5 élues démissionnent
Elles inscrivent à leur bilan la création de l’accueil de loisirs sans hébergement pour les 3 à 6 ans, la mise en place de la Fête nautique, l’aide aux devoirs deux fois par semaine, le carnaval, avec concours de chars et le Quai des écrivains, qui a été lancé par la commission culture, présidée par Nathalie Noël-Chatain. « Le guide des animations estivales a vu le jour aussi grâce à nous », ajoutent-elles.

« La déception a été amère »
Elles reprochent à la maire, Laurence Le Duvéhat, le manque d’écoute du groupe de travail de la rue Marthe-Delpirou. « La déception a été amère, car la maire n’a pas daigné tenir compte des recommandations de ce groupe », disent-elles.

Autres griefs : un manque de concertation de l’équipe de la majorité concernant les projets du Celtic et de la propriété Henrot. « Ces méthodes bafouent la démocratie, commentent-elles. Et ce n’est pas su ce contrat que nous nous sommes engagées, en mars 2014. »

Une gestion « solitaire et autocratique »
Ces élues évoquent une gestion « solitaire et autocratique ». Elles reviennent sur le vote contre le dernier budget qui prévoyait une augmentation des impôts. « L’édile n’a pas supporté une action de protection de la population et a supprimé les délégations de Valérie Lucas et Nathalie Noël-Chatain, déplorent-elles. En conséquence, nous avons décidé de démissionner du conseil municipal. Trop, c’est trop », concluent les démissionnaires, tout en remerciant « les Saint-Pierrois et Saint-Pierroises pour les marques de sympathies et de confiance adressées. »

Laurence Le Duvéhat, maire de Saint-Pierre-Quiberon.
« Il sera plus facile de travailler sans elles »
« Leur démission aurait pu avoir lieu avant. Mais elle est cohérente avec leur attitude vis-à-vis du maire. Il sera plus facile de travailler sans elles. Je regrette qu’on en arrive là. J’ai certainement ouvert les yeux tardivement. Je me doutais de ce qui se tramait, dès l’été dernier. Ça s’est confirmé à la rentrée. Je me suis présentée aux élections car ces élues – qui étaient pourtant dans mon équipe – s’opposaient systématiquement aux projets. Ce qui est dommage, c’est que ça se passe un mois avant les prochaines élections. Mais désormais, nous pourrons continuer à travailler sereinement », indique Laurence Le Duvéhat, maire de Saint-Pierre-Quiberon.

La maire porte plainte pour diffamation
La première édile a, toutefois, décidé de porter plainte pour diffamation, ce mercredi 20 mai 2020. « Je ne pouvais pas laisser colporter de fausses informations et des rumeurs infondées. C’est la goutte d’eau. »