Article Télégramme du 20 mai 2020

 

Article télégramme du 20 mai 2020

« Trop c’est trop », expriment ensemble Valérie Lucas, Nathalie Noël-Chatain, Marine Jozan, Françoise Ollivier et Joselyne Le Lan. Les cinq élues ont décidé de démissionner et évoquent leur déception.

« Pendant six ans, nous avons participé activement à la gestion de notre commune, expliquent les cinq femmes initialement élues au sein de l’équipe du maire. Nous avons sincèrement voulu participer à l’action commune avec Madame Le Duvéhat. Mais aujourd’hui, nous estimons que ce n’est plus possible. Les méthodes employées, bafouant la démocratie, ne sont pas celles pour lesquelles nous nous étions engagées en mars 2014 ». Les élues, ex-adjointes et membres de commissions mettent en avant leurs actions durant ce mandat, avec la création de l’Accueil de loisir sans hébergement pour les 3-6 ans, la Fête du nautisme, l’organisation de l’aide aux devoirs dans les deux écoles, l’instauration d’un carnaval et du Quai des écrivains. Elles remercient les Saint-Pierrois qui leur ont « fait confiance » et argumentent : « avec la création du groupe de concertation pour les améliorations du chantier de la rue Marthe-Delpirou, nous proposions une aide à la décision. Madame Le Duvéhat n’a pas daigné tenir le moindre compte des recommandations sérieuses et constructives formulées. Les projets d’urbanisation du « Celtic » et de la propriété Henrot ont été concoctés sans que la soi-disant équipe de la majorité n’en ait été informée de manière transparente ». Valérie Lucas, Nathalie Noël-Chatain, Marine Jozan, Françoise Ollivier et Joselyne Le Lan insistent sur le fait qu’elles avaient alerté le maire dès 2018 des désaccords : « Lors du vote du budget, nous avions alors déjà alerté la maire que sa méthode de travail en solitaire et de manière autocratique n’était pas digne de notre époque. Mais cela a été trop, lorsque le maire, ne supportant pas nos actions civiques, a supprimé les délégations d’adjointe de Valérie Lucas et Nathalie Noël Chatain. En conscience, nous démissionons.